« FURIOUS 7  » est la meilleure ballade que vous aurez… !!!/ « FURIOUS 7  » is the best ride you’ll get… !!!

Furious-7 (1)

Titre original : Furious 7
Titre québécois : Dangereux 7
Réalisation : James Wan
Scénario : Chris Morgan, d’après les personnages créés par Gary Scott Thompson
Distribution : Vin Diesel, Paul Walker, Jason Statham, Michelle Rodríguez, Jordana Brewster, Tyrese Gibson, Chris « Ludacris » Bridges, Dwayne Johnson, Kurt Russell, Nathalie Emmanuel, John Brotherton, Djimon Hounsou, Elsa Pataky, Tony Jaa, Ronda Rousey

Quand Hollywood débute une franchise, ça se sent… Je veux pas dire que l’odeur est présente et qu’automatiquement il faille présumé que ça va finir par sentir mauvais, mais plutôt que lorsqu’une recette gagnante apparaît, on sait que des suites seront à venir, et on sait aussi que souvent, c’est de pire en pire plus ça avance. Et bien, quand on regarde ce que Universal a accomplit avec cette franchise qu’est « The Fast And The Furious », ça sent bon, et pour rester dans l’idée du film, ça sent le pneu brulé et il a tellement tourné ce pneu, qu’il est vraiment bien réchauffé… Chapeau à Universal et à toute l’équipe qui vous invite à faire un tour dans la meilleurs ballade en voiture de la franchise, mais surtout, dans un excellent divertissement, et un tant soit peu émotionnelle.

Quand l’action débute dans « Furious 7 », nous sommes déjà plusieurs années devant la sortie du troisième volet, le très sous-estimé « The Fast And The Furious 3: Tokyo Drift », mais en matière de chronologie, nous sommes exactement au même point qu’à la fin de cet épisode, ce qui nous informe, comme le faisait la fin du sixième film, que nous étions dans le passé depuis le quatrième film, du moins le futur des deux premiers et le passé du troisième… vous me suivez ?

Alors que la bande avait fait mordre la poussière à Owen Shaw (Luke Evans) dans l’épisode précédent, son frère Deckard Shaw (Jason Statham) ne compte pas les laisser s’en tirer comme ça. Désirant une vengeance, il exécute Han (Sung Kang) dans l’espoir d’attirer l’attention du reste de la bande et, sans aucune émotion, débute son plan en démolisant un lieu public, s’en prend à Luke Hobbs (Dwayne Johnson) et en tente de tuer un après les autres les Dom (Vin Diesel), Brian (Paul Walker), Roman (Tyrese Gibson), Letty (Michelle Rodriguez) et compagnie ! Après une lutte (Littéralement) entre Hobbs et Shaw qui fait disons perdre un membre à l’équipe de façon temporaire, les autres tenteront de trouver une solution pour rester en vie et venger la mort de Han…

La gang de Dom se voit donc offrir d’être l’outil d’une division secrète du gouvernement menée par M. Nobody (Kurt Russell) afin de les aider à récupérer un otage important et ainsi leur donner par la suite tous les outils à leur disposition pour capturer et détruire Shaw. Se faisant, nous avons droit à l’une des meilleurs poursuites dans la série, l’un des meilleurs plans de sauvetage inespéré et aussi incensé des dernières années et aussi à une suite des événements tous aussi impressionnants les uns après les autres, dont une fin explosive.

James Wan a réussi à orchestrer un septième épisode qui ressemble à un vent de fraîcheur. Si une série peut se venter d’avoir atteint le plateau des septs chapitres en essayant toujours de se renouveler, c’est bien « Fast & Furious ». Une thématique est toujours evenue dans cette série, et c’est la famille… Dans cet épisode, c’est plus présent que jamais…

Avec l’ajout de vilain comme Kiet (Tony Jaa) en expert d’arts martiaux qui se livre à un combat violent avec Bryan, Djimoun Hounsou en un terroriste du nom de Mose Jakande, et Rhonda Rousey qui donne la frousse à Letty, Wan a étoffé son projet et rendu le scénario si étanche que les cascades incensées ne nous dérangent jamais. Le montage de Christian Wagner et la musique de Brian Tyler s’agencent parfaitement nous donnant les meilleures prises de vues de la séries, les meilleurs effets, et nous divertissent sans bon sens.

Ce n’est pas ici une volonté de faire le meilleur film de tous les temps, mais c’est clairement des artisans qui connaissent leur sujet, savent travailler dans le cinéma et comprennent qu’il ne faut pas toujours se prendre au sérieuc lorsque l’on réalise un divertissement de la sorte. Toutefois, ils le réalisent en y ajoutant les bonnes doses d’action, de réalisme, de jeu, et d’émotions.

Les acteurs semblent s’être réellement forcés à élever leur jeu d’un cran afin de donner vie à ce chapitre. Un peu à la manière de « Mission:Impossible : Ghost Protocol », nous avons droit à de l’action intelligente, à une chimie bien présente entre les acteurs, et à une réalisation hors du commun pour le genre « blockbuster ».

Là où « Furious 7 » se démarque du reste de la bande est bien sûr dans les circonstances entourant le tournage alors que l’acteur Paul Walker perdait la vie dans un accident de la route en 2013 pendant le tourage. Wan et la direction ont décidés alors de consacrer l’entireté du film à la situation du personnage en lui laissant une sortie digne des grands drame. La fin reste le meilleur moment… Sensible, émotionnelle, puissante, et je tente de parler de façon objective ici, l’équipe, le réalisateur, le scénariste Chris Morgan et bien des producteurs dont Vin Diesel, ont décidé de rendre un hommage marqué pendant les dix dernières minutes du film. Brisant le quatrième mur, la série devient alors bien réelle, et les personnages bien vivants. C’est avec une énorme larme que vous sortez de cette salle en vous disant, wow j’ai eu du plaisir…!

Une superbe production qui ne s’arrêtera certainement pas à sept, mais le futur de la franchise reste à être remodelé, et le momentum sera difficile à conserver maintenant que l’équipe a perdu un gros morceau…