FANTASIA 2016: « WE GO ON » avec une certaine distance…

WE GO ON

We

Réalisation : Andy Mitton, Jesse Holland
Scénario : Andy Mitton
Interprètes : Annette O’Toole, Clark Freeman, John Glover, Giovanna Zacarías, Jay Dunn
Durée: 89 minutes
Pays:États-Unis

Un peu à la manière de « Yellowbrickroad » il y a déjà plus de cinq ans, le duo de réalisateur Andy Mitton et Jesse Holland continuent d’explorer l’horreur à leur façon avec bon goût, mais toujours avec inégalité…

Clark Freeman refait équipe avec le duo de réalisateur en tant que Miles, un jeune homme habitant Los Angeles ayant une terreur pour la mort, et qui, désireux de découvrir s’il y a une vie après la mort, en aura beaucoup plus pour son argent, une somme de 30 000$ offerte à quiconque lui prouve l’existence de l’au-delà. Épauler par une mère surprotectrice (La très bonne Annette O’Toole) il finira par vivre sa peur comme il ne l’avait certainement pas imaginer.

Capable de gérer son agoraphobie grâce avec un emploi en tant que monteur d’info-commerciaux, Miles Grissom est souvent frappé par plusieurs cauchemars le voyant perdre le contrôle de sa voiture (Même si il a aussi peur de conduire), et décide d’offrir 30 000$ à quiconque pouvant lui prouver l’existence d’une certaine vie après la mort. Après des centaines de réponses inutiles, il en choisira trois lui semblant pas si mal. Sa mère, qui est une sceptique née, insistera quand même pour suivre son fils.

Nous rencontrons alors le Dr. Ellison (John Glover) qui croit qu’affronter ses peurs lui fera rencontrer l’au-delà; Miles subira alors l’un des premiers trauma causer par son enfance mouvementé. Insatisfait, il ira voir une medium Josefina (Giovanna Zararius) qui leur paraîtra tout simplement folle, et le troisième élu n’aura pas fait long feu, alors que la déception leur fera abandonner l’idée de le rencontrer.

Toutefois, dans son voyage, Miles rencontre un employé de maintenance d’un aéroport, Nelson (Jay Dunn), qui lui offre de faire parti de ce cercle intime où le monde réel et l’au-delà se rencontre. Il s’adonne que cet employé disait vrai, et Miles regrette rapidement sa volonté alors qu’il se met à voir des gens morts partout dont un particulièrement téméraire qui lui fera vivre des cauchemars. L’esprit ne pourra être éliminé que par l’entremise de tâches déplaisantes dont l’une impliquant sa seule ex-petite amie Alice (Laura Heisler).

Alors que nous arrivons au milieu du film, l’intrigue devient plus facile à centrer, mais les peurs et les sauts se font plus que routinières avec des visions d’esprits criards. Un peu à la manière de “Yellowbrickroad,” un slasher manquant d’atmosphère, “We Go On” s’apprécie, mais nous frustre par un scénario décousu, et un personnage principale nous semblant parfois plus comme un pleurnichard testant la patience de sa mère qui elle, nous permet de rester terre-à-terre et de retrouver un certains équilibre scénaristique. D’ailleurs, la force du film est certainement dans ses rôles secondaires.

Somme toute, nous découvrons Los Angeles de belle façon sans jamais y coller une étiquette et la technique nous permet de beaux effets, par moment épeurant, par d’autres, redondants.